Notre histoire

CREATION

La Fédération du Douaisis des Associations laïques a été déclarée à la sous-préfecture de DOUAI le 31 janvier 1930. Dans le département du Nord, les amicales laïques se sont créées à des époques différentes: certaines, très tôt comme l’amicale laïque d’Erquinghem-Lys par exemple, une autre grande période de créations à été l’année 1946. En 1927, les amicales laïques du Nord se sont regroupées dans l’UALN – Union des Amicales Laïques du Nord, dont l’un des présidents emblématiques fut Alphonse THEETEN. Ensuite, le département s’est organisé en secteurs, chacun d’eux correspondant à un arrondissement. L’arrondissement de Douai disposait d’une « Maison des amicales » sise rue d’Arras en face de la bibliothèque municipale actuelle. Cette « Maison des amicales » était vaste, avec une cour, un étage, des salles vastes et bien éclairées et un amphithéâtre pour les assemblées générales ou les grandes réunions. Cette maison a été rétrocédée à la mairie pour 1 franc symbolique dans les années soixante.

A cette période, les amicales laïques étaient très répandues et destinées à soutenir l’école publique laïque (voir le dossier « amicales laïques« ). A l’origine, il s’agissait d’associations d’anciens ou anciennes élèves attachées à leur école ou à leur groupe scolaire.

Chaque fédération d’arrondissement organisait des « fêtes fédérales » de grande ampleur, en collaboration avec les inspecteurs de l’Education nationale, membres de droit des conseils d’administration.

Dans les années 1950-1960, de grands mouvements chorégraphiés, longuement répétés et exécutés par les enfants des écoles publiques constituaient le point d’orgue des fêtes scolaires de fin d’année: « les lendits USEP ». Dès 1948, une commission technique dédiée rédige un mémento sur « la leçon du lendit », laquelle évolue d’une année sur l’autre. Progressivement généralisés à l’ensemble des départements, mais traduisant une conception très datée des activités physiques, les lendits connaissent leur apogée en 1967, avec 204888 participants officiellement recensés, puis une rapide désaffection dans les années 1970. A DOUAI, ces démonstrations avaient lieu sur la place du Barlet. Ces actions relevaient de l’USEP, Union Sportive de l’Enseignement Primaire, créée par Jean ZAY, ministre de l’éducation, le 1° janvier 1939, en partenariat avec la Ligue de l’enseignement.

CENTRE DE FORMATION « Jean de Bologne »

Les « ateliers Jean de Bologne » (du nom d’un sculpteur douaisien né en 1524 qui avait séjourné dans cette ville italienne) ont été créés en 1966 à l’initiative de l’inspecteur de l’Education nationale de DOUAI Robert MOHEN (dont une école de Douai porte le nom) en collaboration avec la FDAL Fédération du Douaisis des Associations Laïques, la FLASEN fédération du Nord de la Ligue de l’enseignement, avec le soutien du Conseil général du Nord et de l’académie de Lille.

Le but de ce centre de formation était double: donner un complément de formation aux enseignants et permettre également de former des animateurs pour les amicales laïques et les foyers de jeunesse et d’éducation populaire -FJEP- afin de développer les activités post et périscolaires.

Les lieux de formation ont été divers: d’abord l’école Fontellaye, rue du Kiosque et ensuite l’école normale d’instituteurs de Douai. Le centre organisait des stages pratiques d’éducation manuelle et artistique ainsi que d’initiation aux méthodes pédagogiques correspondant aux « activités d’éveil » souhaitées par les enseignant-e-s. On insistait sur la préparation des maîtres, immédiate et concrète. Mais les animateurs, à travers ce désir de toucher de près la réalité de la classe, souhaitaient surtout mener avec leurs stagiaires une véritable réflexion théorique.

Les stages programmés en 1974-75, (année où a eu lieu à Douai le congrès de la FLASEN), par exemple, proposaient aéromodélisme, travail de la terre, céramique, décoration, naturalisation, travail du bois, travaux manuels éducatifs, cinéma, photo, techniques audio-visuelles, musique, dessin, rythme, théâtre.

Il y avait plusieurs animateurs dans des domaines différents: pour exemple, Stanislas FLORCZAK, Charles ADELMANT, Jean STASIK intervenaient dans les écoles pour assurer un enseignement musical, Claude JOUET pour enseigner les travaux manuels. Le travail de la terre et la céramique avaient lieu sou la direction de Roger HATTE. Stanislas FLORCZAK formait à la sérigraphie. André PARISIS et Yves MASSEMIN initiaient à la photographie. Des stages de danse folklorique étaient animés par Francis GOGUILLON puis Arlette BARKOWIAK. Marcel MEYER enseignait le dessin. Roland POQUET (fondateur du Centre d’animation culturel de Douai) formait à l’activité théâtrale.

LES RENCONTRES DE POESIE

Celles-ci étaient organisées à l’initiative de la FLASEN et en collaboration avec la « Maison de la Poésie » de Beuvry lez Béthune. Des poèmes étaient choisis par une commission réunie à Lille et en collaboration avec cette maison. Un recueil de poésies sélectionnées était ensuite envoyé aux écoles dans lequel les enfants choisissaient la poésie qu’ils voulaient présenter. Dans le Douaisis, les rassemblements d’enfants avaient lieu à la « Maison des associations » de Douai et également à Beuvry la forêt et Sin le Noble. Un jury déterminait les lauréats, récompensés par des livres de poésie et pouvaient entendre des poètes ou poétesses invités comme Paul BERGESE et Chantal ABRAHAM.

Paul BERGESE était instituteur et organisait ces rencontres avec Jean-Pierre DELCAMBRE et Gérard BOYENKENS, instituteurs également. Serge DAVID, président de la FDAL étant présent à chaque finale du Douaisis. Pour terminer, les enfants lauréats étaient conviés à la MEP « Maison de l’Education Permanente » de Lille pour une finale départementale organisée par la FLASEN.

LES RENCONTRES DE DANSE FOLKLORIQUE

Les Rencontres avaient un but double: faire connaître les groupes de danse du Douaisis, du Nord et du Pas de Calais d’une part, et de permettre, comme pour l’exposition de peinture, de développer un contact avec les amicales laïques du Douaisis. La première rencontre a eu lieu en 1986 à l’école normale d’instituteurs de Douai, le directeur, M Mutelet, ayant mis à disposition la salle des fêtes de celle-ci. L’année suivante ce fut l’amicale de Masny qui accueillit la seconde rencontre. La 3° édition eut lieu à Flines lez Râches avec le soutien fort de l’amicale laïque. La 4° eut lieu à Aniche dans le cadre du congrès de la FLASEN. La 5° se déroula à ERRE près de Somain.

LE FESTIVAL DE DANSE FOLKLORIQUE

A l’origine, les Rencontres étaient imaginées pour que les spectateurs suivent les différents spectacles dans les lieux où ils se produisaient. De cette façon, il se serait développé une connaissance réciproque des différents publics et des amicales partenaires. Ce ne fut pas le cas. En conséquence, il fut décidé de situer dans un seul endroit ce rassemblement de danseurs. La ville de Douai, siège de la FDAL fut donc choisie en toute logique pour accueillir cette fois un festival et non plus des Rencontres. On espérait ainsi stabiliser l’évènement.

Nous avions beaucoup de chance car les groupes de danse qui s’étaient déplacés bénévolement au début des Rencontres nous ont suivi dans cette nouvelle formule. Ainsi, les spectateurs ont pu apprécier les groupes suivants: La Bagarnette (Longuenesse), Momelins et Momelines (St Momelin), Polonia (Douai), Les Archelles (Roost-Warendin) Les Bruants (Ronchin), Le groupe Amaury (Landas), La Tarentelle (Douai), l’Esqueranne (Dury), Latitude 13 (Pas en Artois) entre autres. Malheureusement, ce festival dut s’arrêter faute de financement. En effet, on équilibrait tant bien que mal les recettes avec la buvette. Mais la buvette du théâtre fut confiée en exclusivité à une association, ce qui nous priva de ces recettes.

Rencontres et Festival furent créées par Jean-Pierre DELCAMBRE, alors secrétaire-adjoint de la FDAL

L’EXPOSITION DE PEINTURE

L’exposition de peinture a été créée par Annie DECOOPMAN, institutrice et vice-présidente de la FDAL. Le but était d’offrir aux amicales une animation « clé en mains » d’une part, et de créer des opportunités de rencontres et d’échanges entre les membres des amicales et les responsables de la FDAL d’autre part. Annie DECOOPMAN connaissait de nombreux artistes-peintres de Fenain et Somain prêts à s’engager dans cette expérience. Il suffisait donc pour l’amicale qui accueillait, de proposer une salle et de prendre en charge le matériel d’exposition. Les artistes-peintres de Fenain et de Somain ont répondu par leur présence sans faille à cette invitation. Cette expérience a fonctionné de nombreuses années. Annie DECOOPMAN a ensuite laissé l’initiative aux amicales laïques pour poursuivre elles-mêmes cette manifestation. Seule une amicale a poursuivi cette expérience.

LE BULLETIN DE LIAISON

Toujours dans le même souci de maintenir un lien fort entre toutes les amicales du Douaisis et les responsables de la FDAL, le secrétaire-adjoint Jean-Pierre Delcambre, avant les « Rencontres de danse folklorique » eut l’idée de créer un bulletin de liaison. Dans ce bulletin, on pouvait trouver l’historique de chaque amicale, des informations sur leurs activités régulières et les moments forts qu’elles organisaient, la répartition de celles-ci dans le Douaisis. Ce bulletin était alimenté par des articles provenant de ces associations et contenait également des annonces et des articles de fond. Un système d’abonnement avait été mis en place pour permettre de financer l’impression de ce bulletin. Pour la première série de bulletins, ce sont les « ateliers Jean de Bologne » qui en assurèrent l’impression. Par la suite, la mairie d’Orchies, par l’intermédiaire de Nelly THIEFFRY, nous aida en prenant en charge l’impression. Par manque d’articles venant des amicales, la deuxième série du bulletin fut conçue à partir d’articles de journaux.

LE CERCLE CONDORCET

La FDAL, à l’initiative de Serge DAVID, son président, a décidé de créer un « Cercle Condorcet », (cercle de réflexion créé par Claude Julien, journaliste au Monde) dans le Douaisis. La création de ce cercle eut lieu à l’école normale d’instituteurs de Douai. Le premier président de ce cercle fut Raoul POUILLE, inspecteur de l’Education nationale. Son successeur a été Didier CARREZ suivi par Pierre FLAHAUT. Avec l’aide de Daniel MIO, maire de Rieulay, les réunions purent se tenir à la mairie de Rieulay ainsi qu’à l’école normale d’instituteurs de Douai. Chantal DEWILDE, de l’amicale laïque de FLERS en fut la secrétaire.

Le Cercle a reçu de nombreux conférencier-e-s comme Claude JULIEN, fondateur des Cercles, Robert FOSSAERT, économiste-sociologue, Catherine KINTZLER, universitaire, sur le thème de la laïcité, Madeleine REBERIOUX, présidente de la Ligue des droits de l’Homme et de la fondation Jean JAURES, sur le même thème, André BELLON et Anne-Cécile RICHARD sur la montée du Front national, entre autres.

La création du Cercle Condorcet du Douaisis s’est fait en présence des personnes suivantes: Serge DAVID, Claude HALLUIN, Charles LANTOINE, Pierre LEFEBVRE, André LEGER, Daniel LEMAIRE, Pierre LECOMPT, Christian LOUCHE, Louis LETSCHER, Maurice MASSON, Daniel MERESSE, François MERESSE, Daniel MIO, Franck MONTUELLE, Raoul POUILLE, Claude TOTH, Annette GLOWACKI, Françoise CABOCHE, Bernard MUTELET (Directeur de l’école normale d’instituteurs), Le Dr WAELENS (président des DDEN du Douaisis).

Le 1°Conseil d’administration du Cercle se composait de:

Président: Raoul POUILLE, Vice-Président-e-s: Marie-Louise BRISVILLE, Didier CARREZ, Gilbert DEWILDE, secrétaire: André LEGER, secrétaire-adjointe: Chantal DEWILDE, trésorier: André FLAHAUT, trésorier-adjoint: Daniel DEZOBRY.

Membres: Marie-Laure CHEVILLE, Maurice MASSON, Daniel DEVAUX, Raymond BRACQ, Franck MONTUELLE.

CONFERENCES ORGANISEES PAR LA FDAL

La FDAL a également reçu plusieurs conférenciers: Gérard MARCOU, responsable européen sur le thème de l’Europe, Joël ROMAN, philosophe, sur le thème de La Nation, Charles COUTEL, universitaire, sur le thème de la loi de 1905, lors de la célébration de celle-ci en 2005, Michel SEELIG président du Cercle Condorcet de Metz sur la laïcité en 2017, Eddy KHALDI, président national de DDEN en 2020.