Catégories
Bulletin de liaison

📰 Bulletin de liaison de la FDAL #2

Propos du Président

Bonjour Ă  toutes et tous,

Voici le 2° bulletin de la FDAL. Il arrive juste pour la rentrĂ©e. Vous y trouverez la 2Ăšme partie de l’article sur l’historique des amicales laĂŻques, la relation des Ă©vĂ©nements programmĂ©s par les amicales laĂŻques et autres associations de la FDAL, un compte rendu des premiers stages de formation ainsi que quelques rappels indispensables pour commencer une nouvelle saison.

J’espĂšre que vos vacances ont Ă©tĂ© reposantes et divertissantes, en dĂ©pit d’un excĂšs de chaleur.

Bonne rentrée à toutes et tous

Jean-Pierre Delcambre,
PrĂ©sident 

Rappel : mise à l’honneur des militants

Nous avons toutes et tous dans nos associations des personnes qui sont des militant-e-s de longue, voire de trĂšs longue date. Ils mĂ©ritent d’ĂȘtre rĂ©compensĂ©s. La FDAL dispose de mĂ©dailles qui pourraient leur ĂȘtre remises. Pensez aux plus anciens de vos militants et contactez-nous. 


Formations des bénévoles associatifs

Formation communication et outils numériques

Ce premier stage a eu lieu Ă  la Salle Bouqueniaux de la Maison des associations de DOUAI, avenue des potiers, le samedi 26 fĂ©vrier 2022 de 9h Ă  12h. La participation Ă©tait nombreuse.

La prĂ©sentation et l’animation ont Ă©tĂ© faites par Antoine ALEXANDRE et David HERENT d’EIBS. Ils nous ont appris Ă  assurer notre publicitĂ© grĂące Ă  des outils numĂ©riques que nous avons dĂ©couverts, Ă  cibler un public prĂ©cis, Ă  concevoir une affiche en y mettant l’essentiel du projet et Ă  utiliser Ă  bon escient les outils de communication dont on peut disposer.

Formation comptabilité et financement

Le stage a eu lieu Ă  la mairie de Coutiches, dans la salle « des mariages Â». En l’absence de Patrick, en vacances, c’est M FROMONT, le maire qui nous a accueillis avec le cafĂ© de bienvenue. Nous avons, avec Antoine ALEXANDRE et Serge WALQUAN, avec le soutien de David HERENT abordĂ© les thĂšmes suivants :

ComptabilitĂ© par dĂ©penses-recettes, rĂ©alisation d’un Ă©tat patrimonial en fin d’exercice. 

Connaissance des diverses sources de financement et montage d’un dossier de subvention.

Formation engagement des bénévoles

Le stage, animĂ© par AurĂ©lie KOPITSCH a eu lieu au local du cyclo-club de Fenain oĂč nous a accueilli Michel DEMORY. Nous avons pu rĂ©flĂ©chir Ă  maintenir et dĂ©velopper l’engagement des bĂ©nĂ©voles en les faisant participer le plus possible Ă  la vie de l’association, en intĂ©grant au mieux les nouveaux bĂ©nĂ©voles, en mobilisant le vĂ©cu et les compĂ©tences de chacun. Nous avons vu Ă©galement comment crĂ©er un Ă©vĂ©nement pour faire connaĂźtre notre association.


HISTOIRE DES AMICALES LAÏQUES

II – De la culture de l’esprit Ă  la culture sportive

Pour les militants de l’esprit laĂŻque, le premier objectif est de diffuser l’esprit critique et l’esprit de libertĂ©.

A – Tout pour la culture

La volontĂ© de permettre Ă  tous l’accĂšs Ă  la culture est un impĂ©ratif qui mobilise en permanence les responsables des amicales. Toutes leurs actions tendent Ă  l’Ă©mancipation des jeunes filles et des jeunes gens du peuple par la rĂ©flexion. Ils placent trĂšs haut la barre de leurs exigences, se montrant fidĂšles Ă  la formule d’Edouard Herriot : « il ne faut jamais abaisser son enseignement si l’on parle devant le peuple. La culture agit par son ascendant Â».

Aussi les amicales, lancĂ©es par la Ligue commencent-elles comme celle-ci l’avait fait Ă  Metz Ă  la fin du Second Empire, Ă  promouvoir la lecture.

En 1929, les bibliothĂšques de l’ensemble des amicales du dĂ©partement du RhĂŽne comprennent plus de 20000 volumes. Encourager l’expression orale des adolescents est une autre de leurs missions. On sait que pour Jean Zay, cet apprentissage de la parole faisait encore trop dĂ©faut dans la formation scolaire. « L’Ă©colier apprend Ă  lire, Ă  Ă©crire, Ă  compter, Ă  raisonner, non Ă  parler Â», constatait-il en 1943. Les amicales laĂŻques, elles, ont tentĂ© de combler cette lacune. Le jeune citoyen – et le moins jeune – doit savoir lire, rĂ©diger et s’exprimer.

B – Prudence face aux activitĂ©s physiques

Si les amicalistes diffusent avec passion la culture de l’esprit, de la sensibilitĂ© et …de la maison, tant aux filles qu’aux garçons, en revanche, ils rĂ©pugnent quelque peu Ă  l’Ă©ducation du corps. Ils n’abordent qu’avec circonspection ce champ nouveau pour les Ă©ducateurs, et distinguent trĂšs clairement et en permanence, la gymnastique du sport. La gymnastique laĂŻque, contrairement Ă  celle des patronages catholiques, est Ă©galitaire et accessible aux filles comme aux garçons.

Au lendemain de la premiĂšre guerre mondiale, la rĂ©ticence des autoritĂ©s laĂŻques s’Ă©tend au sport. Le pacifisme des milieux laĂŻques explique en partie un revirement profond. Alors qu’en 1914 on encourageait Ă  pratiquer le sport : football, course Ă  pied, cyclisme, etc
 ; dans les annĂ©es 20 l’encouragement au sport ne fait plus partie de l’oeuvre Ă©ducative. La rupture de la Grande Guerre n’a pas eu pour seule consĂ©quence de porter atteinte Ă  la vitalitĂ© des organisations laĂŻques, elle a profondĂ©ment altĂ©rĂ© leur conception de la patrie et des relations internationales. Les instituteurs, profondĂ©ment pacifistes, sont rĂ©vulsĂ©s par les exaltations de la force physique. Le sport devient pour eux l’expression de la guerre dont ils veulent enfouir le souvenir.

Pourtant, au sein des amicales, la demande se fait pressante pour les activitĂ©s sportives et l’appel de la Ligue de l’enseignement Ă  Strasbourg en 1927 entraĂźnant la fondation de l’UFOLEP permet d’entĂ©riner la reconnaissance de la demande des adhĂ©rents. En 1929, 4 amicales Ă  Lyon pratiquent le basket et la fĂ©dĂ©ration intĂšgre un challenge de basket Ă  ses concours annuels.

III. CĂ©rĂ©monies et divertissements   

A – La fĂȘte civique de la jeunesse

DĂšs la fondation de la III° RĂ©publique, les enfants commencent Ă  ĂȘtre intĂ©grĂ©s dans les cĂ©lĂ©brations festives. L’expĂ©rience la plus emblĂ©matique est celle de la SociĂ©tĂ© des fĂȘtes d’enfants du pasteur Sabatier-Plantier, qui, Ă  partir de Montauban et d’AlĂšs, dĂšs 1875, organise la participation d’enfants Ă  la fĂȘte nationale du 14 juillet.

Sans citer tous les prĂ©cĂ©dents de la fĂȘte lyonnaise, rappelons l’initiative des francs-maçons des loges de la rĂ©gion parisienne qui instituent en 1896 une fĂȘte annuelle de l’adolescence pour combler le vide laissĂ© par l’absence de cĂ©lĂ©bration de la communion solennelle. Ou celle de la municipalitĂ© de Paris qui organise une fĂȘte de l’adolescence en 1899, qui attire au bois de Boulogne « sans cabotinage, sans nul recours Ă  des artistes en vogue Â» quelque 12000 personnes dont 6000 adolescents.

La Ligue lance, elle aussi, une fĂȘte nationale en 1903. Apparaissent ainsi, Ă©troitement liĂ©s, les motifs de la fĂȘte : mise en valeur des gĂ©nĂ©rations nouvelles, instauration de rites de passage, rĂ©jouissances publiques.

La fĂȘte civique de la jeunesse, organisĂ©e pour la premiĂšre fois Ă  Lyon en 1906, est encore plus ambitieuse. Elle s’inscrit dans la filiation des fĂȘtes rĂ©volutionnaires de la jeunesse, cĂ©lĂ©brĂ©es Ă  Lyon et dans toute la France, les 10 germinal an VI et an VII.

Cent ans plus tard, la fĂȘte civique de la jeunesse mobilise la jeunesse des amicales autour d’un spectacle et lui demande un engagement public et solennel. En outre, elle instaure un cĂ©rĂ©monial durable, qui se pĂ©rennise jusqu’au lendemain de la seconde guerre mondiale. Elle est destinĂ©e Ă  impressionner l’assistance et elle y parvient. Ferdinand Buisson, prĂ©sent en 1922 le reconnaĂźt : « je ne crois pas avoir Ă©prouvĂ© une Ă©motion plus forte que celle qui m’a pĂ©nĂ©trĂ© dans cette fĂȘte lyonnaise ; je n’ai jamais vu ce que je viens de voir Â».

B – Les fĂȘtes de la jeunesse

Les annĂ©es 30 voient s’opĂ©rer un dĂ©placement des enthousiasmes en faveur de manifestations de plein air, que les autoritĂ©s dĂ©veloppent au nom de l’hygiĂšne et de la nĂ©cessitĂ© de renforcer la « race Â» française. Edouard Herriot, maire de Lyon, en liaison avec le professeur LATARJET, fonde en 1921, l’institut d’Ă©ducation physique, ce qui favorise la diffusion de la gymnastique dans la jeunesse. Les responsables des amicales en sont soulagĂ©s. L’intervention de la gymnastique dans le cadre scolaire les dĂ©charge en quelque sorte de cette dĂ©marche. En 1926 se dĂ©roule la 48° fĂȘte fĂ©dĂ©rale des sociĂ©tĂ©s de gymnastique de France regroupant plus de 20000 gymnastes, qui dĂ©montre la valeur de l’Ă©ducation physique et la force du mouvement laĂŻque.

Les exercices de gymnastique plaident en faveur d’une force pacifique, qui exalte la paix et non la violence sportive. Le stade de Gerland, Ă  Lyon, alors le plus grand de France, est le thĂ©Ăątre d’une expression pacifique et laĂŻque, d’oĂč Ă©merge la figure de la femme et de l’homme de demain, formĂ©s par l’Ă©cole laĂŻque, bien dans leur corps, gracieux et en bonne santĂ©. Les amicales ont Ă©tĂ© des foyers d’intĂ©gration des filles.

C – La remise de prix annuels

Si la fĂȘte civique renoue avec les cĂ©rĂ©monies rĂ©volutionnaires, la remise des prix annuels entretient une des formes traditionnelles de la vie scolaire. Plus modeste, mais objet d’une modification en profondeur, elle couronne les meilleurs candidats des amicales, organisant une Ă©mulation entre les adolescents, Ă  titre individuel, mais aussi permettant la naissance d’une identitĂ© locale. Chaque annĂ©e, le compte-rendu de la cĂ©rĂ©monie mobilise les trente pages du Bulletin de la fĂ©dĂ©ration des Ɠuvres laĂŻques. Cette dĂ©marche fait Ă©cole. En 1929, la fĂ©dĂ©ration havraise, celles du dĂ©partement de la Somme et de la Seine commencent Ă  organiser Ă  leur tour des concours. La fĂ©dĂ©ration de la Loire a l’intention de le faire en 1930. L’expĂ©rience lyonnaise aurait ainsi prĂ©cĂ©dĂ© de quelques dĂ©cennies d’autres expĂ©riences similaires.

Le premier des concours est le concours de diction, auquel participaient treize amicales. Il eut lieu le lundi 23 juin 1902. En 1921, annĂ©e de la reprise de l’Ă©mulation entre amicales, sont organisĂ©es des concours de diction, de rĂ©daction, de comĂ©die, de chant, de chansonnettes, de piano, flĂ»te, clarinette, violon, violoncelle, de cuisine, de repassage, de tir et de boules (tradition populaire de Lyon).

Edouard Herriot le redit Ă  la fĂȘte civique de la jeunesse en 1947 « la tyrannie, ne l’acceptez jamais de personnede qui que ce soit, rĂ©servez toujours dans l’accomplissement de votre devoir, votre libertĂ© morale, votre libertĂ© personnelle. Nous vous avons enseignĂ©, Ă  l’Ă©cole laĂŻque, d’ĂȘtre des hommes, des ĂȘtres humains qui pensent par eux-mĂȘmes. Je vous conjure de ne jamais aliĂ©ner cette libertĂ© Â». Faut-il rappeler qu’en 1940, le gouvernement a supprimĂ© d’un trait de plume toutes les organisations laĂŻques ?


Activités des associations

SoirĂ©e dansante de l’amicale laĂŻque de Flers-centre

AprĂšs la pĂ©riode COVID trop longue et qui avait amenĂ© de nombreuses annulations de manifestations, l’amicale laĂŻque de Flers centre a pu rĂ©aliser sa soirĂ©e dansante. 

Le prĂ©sident s’est rendu dans la salle de Pont de la DeĂ»le pour saluer l’évĂ©nement et constater la joie des participants.

Troc aux plantes de l’amicale laïque de Coutiches

1° Printemps du livre de l’amicale laïque de Roost-Warendin

Ce premier « Printemps du Livre Â» a connu un grand succĂšs et un public nombreux. L’inauguration s’est faite en prĂ©sence du Maire de Roost-Warendin et avec une ouverture par la cornemuse. 

Des membres du CA de la FDAL le prĂ©sident, le vice-prĂ©sident, Chantal, Raymonde Ă©taient prĂ©sents pour soutenir cette belle initiative, qui nous l’espĂ©rons, sera reconduite.     

Marché solidaire de Lewarde

Ce marchĂ© a Ă©tĂ© crĂ©Ă© Ă  l’initiative de l’amicale laĂŻque se poursuit, gĂ©rĂ© par AndrĂ© LEGER, PrĂ©sident de l’amicale.

Randonnée cyclo de Fenain

Le Président et le Vice-Président sont allés saluer Michel DEMORY et son équipe. Le beau temps était au rendez-vous pour cette manifestation traditionnelle attirant de nombreux participants.

Lors du passage des 4 jours de Dunkerque, Chantal, Raymonde, Roland sont allĂ©s prĂȘter main forte Ă  Michel Demory. 


Rappel Charte des bonnes pratiques

Le Conseil d’administration de la FDAL a travaillĂ© Ă  l’élaboration d’une « Charte des bonnes conduites Â», destinĂ©e Ă  faire rĂ©flĂ©chir les adhĂ©rents des associations, notamment les derniers arrivĂ©s en rappelant le but d’une association, notamment d’une amicale laĂŻque et la dĂ©marche qui doit ĂȘtre la nĂŽtre.

La prĂ©sentation officielle de cette charte pourrait ĂȘtre un moment important de rencontre. Pensez-y et contactez-nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.